Biographies

Qui sommes nous ?

 « Nous avons créé Làk en septembre 2017, suite à une carte blanche dans la programmation des Soirées du clocher de Saint-Didier-de-Charpey.

Après un concert riche en émotion autour d’un programme axé sur les  “musiques du monde”, nous avons décidé de monter un répertoire plus spécifique aux musiques du Monde arabe.

Partageant un intérêt fort pour cette culture développé au fil de nos différents voyages (Maroc, Tunisie, Egypte, Palestine, Turquie, quartier Wazemmes de Lille…), nous avons eu très envie de monter un répertoire composé des chansons “coup de coeur” entendues au fil des rencontres et dans des endroits populaires.

Le choix des instruments (accordeon, violoncelle, cajon, dàf) ainsi que la forme du duo répondaient à l’envie de créer  des arrangements personnels et relativement minimalistes, bien loin des grands orchestres propres à ce répertoire, l’idée étant de créer un pont symbolique entre l’orient et l’occident.

Aujourd’hui nous agrémentons le répertoire de compositions,  avec toujours une démarche d’aller-retour entre ces différentes cultures”.

Julie Macaire Ettabaâ

Chant, daf, cajon

lak julie

Autodidacte et nomade, Julie Macaire-Ettabaâ commence son apprentissage vocal avec la polyphonie auprès des Chet Nuneta. Son âme glotte-trotteuse l’emmène sur les chemins de Turquie, de Palestine ou encore en Roumanie…

Elle se penche ensuite sur les répertoires des Balkans et du Moyen-Orient. Elle étudie les modes orientaux, les rythmes impairs et le chant oriental auprès de Issa Murad, Gulay Hacer Toruk, Eleonore Fourniau, Titi Robin et monte avec Gaspard Deloison au oud le projet Safaryat sur Lille.

Plus tard elle collectera des chants d’Amérique latine et d’Afghanistan et crée le duo Les Enfants Sauvages à son arrivée en Drôme en 2015 avec Julien Certin ( Lalala Napoli, No Mad,…) relayé par Sévane Stépanian ( Lavach…).

Elle étudie le chant classique au conservatoire de Valence à travers le répertoire de musique ancienne et intègre le cycle professionnel de Jazz Action Valence.

Avec Margaux Séon (Festina Lente, projet artistique itinérant en voilier) elle monte le projet « électro-world » Oxalys et collabore à des performances Live diverses, notamment avec Cyril Gilibert ( No shangsa, MusicaBrass, Ballet Manchot…).

Elle vit en alternance entre la France et le Maroc et tourne également avec le projet multifacettes, tentaculaire et phosphorescent ChänChän . Son intérêt pour l’astrophysique et l’univers la conduit à mener une chronique dans le fabuleux podcast radiophonique “Nébuleuse” en partenariat avec Arte Radio.

Elle enregistre un titre pour le dernier album de Dario De Filippo.

Elle emmène les habitants du territoire des Vans dans un projet autour de l’oralité en partenariat avec La Médiathèque du Pays des Vans.

Elle suit un cursus dédié à la musique Arabo-Andalouse avec Fouad Didi au Conservatoire de Marseille-Aubagne et à l’ Institut des Musiques du Monde de Aubagne.

Elle donne des cours de chant et organise des ateliers ou stages à la demande. Le prochain aura lieu aux vacances de printemps à l’école de musique de Crest (26).

Justine Desprez

accordéon, violoncelle, chant

làk 5 Justine

Multi-instrumentiste et compositrice, Justine Desprez découvre l’accordéon en 2001 et ne le quittera plus.

Une maîtrise de Géographie dans la poche, elle passe en 2005 le DEM de musique actuelle en accordéon chromatique avec Eric Pisani comme professeur ( Le Thor).

Riche de ses voyages, elle se passionne très vite pour les musiques populaires, traditionnelles et dansantes d’Amérique latine, de Méditerranée et d’Afrique. 

De 2002 à 2008, elle participe au trio Baskatine (folklore imaginaire, plus de 200 concerts, 1 album) en tant que musicienne compositrice avec Bastien Pelenc (Cirque Trotolla) et J-C Charles (The Choolers), co-crée le spectacle musical Sans arête (avec des personnes handicapées issues du CREahm) et collabore à des installations et performances dans le Collectif pluri-artistique Za.

Au sein de l’association Dialogue de l’image, elle intervient en 2002 et 2003, en Turquie et en Egypte auprès des enfants des rues pour leur enseigner le sténopé, technique ancienne de photographie.

Elle compose en 2006 pour le collectif de musique contemporaine Quid Novi ainsi que le spectacle de cirque Ballet Manchot (Cie Le Cubitus du Manchot) avec lequel elle tournera 2 ans sous chapiteau .

  En 2008 elle co-crée le groupe Coco Sunshine (plus de 300 concerts et 2 albums), bal d’Amérique Latine et d’Afrique et intègre en 2012 Fatum Fatras, quintet de musiques klezmer, balkaniques, et méditerranéennes avec qui elle enregistrera 2 albums.

Entre 2017 et 2018, elle joue dans le sextet franco-colombien de cumbia traditionnelle et féministe Valientes Gracias à partir duquel le trio Mama Cholita naitra. 

Mama Cholita, explore aujourd’hui les musiques d’Amérique Latine sous plusieurs formes : un spectacle pédagogique avec ateliers en école, un bal dansant, et un spectacle hommage aux musiciennes sud-américaines.

Depuis 2016, elle joue également en tant que musicienne et comédienne dans le spectacle musical  Mimosssa

Formée à différents outils d’intelligence collective et d’éducation populaire avec l’Escargot migrateur, et le BAFA, elle anime des ateliers de pratiques amateurs au Centre Social et Culturel de Die (L’orchestre Fabulous et L’accordéonestra), donne des cours particuliers de musique et intervient ponctuellement en collège avec un atelier sound painting et ateliers d’écriture avec le slameur Arthur Ribo.

 Elle joue également dans le projet musical participatif Balada sonore.